CORONAVIRUS : le point sur les infos

MAJ 7/04/2020 à 16h

Les dernières infos ajoutées à cet article

  • Masques : Cette semaine les masques arrivent dans les écoles d’accueil des enfants de soignant-es. Ils sont distribués par les infirmières scolaires volontaires qui profitent de leurs visites pour faire un rappel d’usage (durée de port 4h, rappel des gestes barrière…). Les écoles qui bénéficiaient déjà d’un stock de masques seront contactées par téléphone par les infirmières scolaires pour recevoir les mêmes conseils. 
  • Temps partiels : L’administration reçoit encore des demandes et fait preuve de souplesse au regard des difficultés liées au confinement. Si vous avez envoyé votre demande par la poste, doublez-la systématiquement d’un envoi mail à la DPE5. Chaque demandeur devrait recevoir un mail d’accusé de réception de la demande. Si vous n’avez pas reçu ce mail, écrivez à dpe5@ac-poitiers.fr et mettez nous en copie (snu86@snuipp.fr)
    Pour le moment aucun calendrier n’est défini et le traitement sera plus long que les précédentes années au regard de la situation sanitaire actuelle. L’ administration partira des informations déjà connues suite aux entretiens de l’année passée et envisage de les réactualiser si besoin par téléphone. Si refus envisagé, un entretien sera organisé mais les services ne savent pas encore sous quelle forme (présentiel, visio etc…). Dans tous les cas, si vous êtes destinataires d’un projet de refus, contactez-nous.
  • Partenariat avec la Poste : Comme annoncé lors du dernier CHSCTA, un partenariat avec la Poste est à l’étude pour acheminer les activités scolaires dans les familles n’ayant pas accès à internet. Pour le moment, l’administration n’a pas finalisé le projet car elle ne souhaiterait pas un transfert de charges de ce travail-là des adjoint-es vers le/la directeur-trice.
  • PES : Le SNUipp-FSU 86 a interpellé l’administration sur la gestion de cette fin d’année de PES afin de permettre à chacun-e d’entre eux/elles de se projeter et de réduire l’anxiété d’une année très complexe. L’administration nous a fait savoir que des informations seraient communiquées cette semaine concernant la fin de l’année scolaire, la procédure de titularisation… 

 

    1. Organisation de la fermeture au lundi 16 mars ou plutôt, de la suspension provisoire de l’accueil de tous les élèves

  1. Organisation de l’accueil des enfants de soignant-es

  2. Conséquences pour les personnels : horaires ? présentiel ? formation ?

  3. Démarches administratives : afflenet, temps partiel , carte scolaire, mouvement, classe ex, concours …

  4. Continuité pédagogique : ressources, orga

  5. En résumé : les consignes données par le SNUipp-FSU

Pour le SNUipp-FSU 86 , cette crise est l’occasion de réaffirmer l’importance de l’ensemble des services publics, dans leur rôle d’amortisseur des effets des crises, qu’elles soient économiques, écologiques ou sanitaires. L’occasion de réaffirmer qu’ils sont, non pas un coût pour la société, mais d’abord une richesse, un investissement et un outil permanent de solidarité. ( voir communiqué FSU)

Le SNUipp-FSU rappelle aussi que si, en tant qu’agent-es du service public, nous devons remplir nos missions, notre employeur, l’état, a lui aussi des obligations : Il doit tout mettre en oeuvre pour nous protéger. En effet, les réponses à nos légitimes questions sont encore largement insatisfaisantes ( voir communiqué intersyndical) ou contradictoires ( voir ci-dessous ). Impossible en tout cas d’avoir confiance en la parole de notre ministre, qui venait tout juste de dire le jeudi 12 mars à Poitiers que la fermeture des écoles n’était pas envisagée et qui, le soir même, était démenti par le président de la République.
Nous devons être protégés afin d’assurer la continuité du service public et de pouvoir aider le personnel soignant en accueillant leurs enfants mais ce, sans être mis en danger. Voit communiqué FSU : https://fsu.fr/accueil-des-enfants-des-personnels-soignants-la-solidarite-se-met-en-place-les-personnels-ont-besoin-de-protections/

Après de longues et inadmissibles tergiversations, le gouvernement a annoncé la suspension du jour de carence, tant pour les salarié.e.s du privé que de la Fonction publique. C’est une victoire syndicale … et nous continuerons le combat pour aller au delà de la suspension ! retrouvez le courrier intersyndical pour demander la suspension du jour de carence https://fsu.fr/courrier-intersyndical-au-premier-ministre-sur-lapplication-du-jour-de-carence-et-lemploi-des-agents-non-titulaires-dans-la-fonction-publique/

 

1. Fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées, université à partir du 16 mars … pour la majorité des enfants

Le président de la République a annoncé jeudi soir 12 mars ces fermetures sur l’ensemble du territoire après plusieurs semaines chaotiques et des consignes souvent incohérentes. Le SNUipp-FSU a salué cette décision qui permet d’arriver à une situation clarifiée et qui relève du bon sens. (voir communiqué du SNUipp-FSU).

Le ministère a précisé ce vendredi 13 mars que la fermeture des écoles n’est pas une fermeture physique (comme par exemple s’il avait annoncé que les vacances de printemps étaient avancées) mais une  suspension de l’accueil des élèves dans les écoles. L’objectif du ministère, avec cette annonce de continuité pédagogique, est d’occuper les enfants pour ne pas relancer l’épidémie dans d’autres lieux ( parcs, magasins …). Le ministère « espère » qu’elle ne dépassera pas les vacances de printemps, c’est à dire début mai. Au rectorat de Poitiers, lors du CHSCTA réuni ce vendredi 13 mars, il a été indiqué que cela durerait a minima 3 semaines, soit jusqu’au 6 avril. Depuis cela a été repoussé !

 

Les enfants des personnels de l’école ne doivent pas être présents sur site.

Les ESMS (IME,  …etc.) ne seraient pas concernés par la fermeture généralisée car dépendent du ministère de la santé. Chaque décision est locale. Suite à l’intervention de la FSU en CHSCT Académie de Poitiers ce vendredi, le SG d’académie a reconnu qu’il y avait quelque chose d’illogique dans le fait qu’ils puissent rester ouverts mais que ces établissements relevaient de la santé. Il a quand même évoqué que cette situation risquait d’évoluer… Depuis des parents ont reçu un courrier annonçant que : “ Un délai de 8 jours maximum avait été laissé aux externats médico-sociaux accueillant des enfants et des jeunes en situation de handicap pour organiser les conditions du maintien à domicile, avec continuité de l’accompagnement, et garantir aux enfants ne pouvant être pris en charge par les familles des solutions adaptées. “

2- Organisation de l’accueil des enfants de soignant-es

Quels enfants concernés ?

L’exception à cette règle de non accueil des élèves est le service minimum pour les enfants des personnels soignants des hôpitaux. L’inspection a rappelé que pour les couples, les 2 parents devaient être soignant-es et mobilisé-es.

Selon le document reçu par le rectorat ce vendredi 13 mars 2020 17:30:25, voici la liste des catégories des professionnels concernés (les parents concernés par ce dispositif doivent également attester sur l’honneur qu’ils ne disposent d’aucune solution de garde) :

  • tout personnel travaillant en établissements de santé publics/privés : hôpitaux, cliniques, SSR, HAD, centres de santé …
  • tout personnel travaillant en établissements médico-sociaux pour personnes âgées et personnes handicapées : maisons de retraite, EHPAD, USLD, foyers autonomie, IME, MAS, FAM, SSIAD…
  • les professionnels de santé et médico-sociaux de ville: médecins, infirmiers, pharmaciens, sages-femmes, aides-soignants, transporteurs sanitaires, biologistes, auxiliaires de vie pour personnes âgées et handicapées…
  • les personnels chargés de la gestion de l’épidémie des agences régionales de santé (ARS) des préfectures et ceux affectés à l’équipe nationale de gestion de la crise.

Attention, d’autres catégories de personnels de la fonction publique (policiers, gendarmes …) insistent pour avoir droit à cet accueil. Si vous êtes contacté-es pour accueillir des élèves ” hors médical “, contactez votre IEN pour vous appuyer sur le refus. Il transmettra aux services de la DSDEN de la Vienne qui assureront directement le lien avec la famille.

Quelle organisation ?

Cet accueil est censé s’organiser de la  façon suivante :

  • accueil lundi 16 mars dans l’école habituelle de scolarisation (sur justificatif type fiche de paye ou carte professionnelle – ce lundi  88 écoles concernées en Vienne )
  • ensuite l’organisation s’affine dans la semaine, ce jeudi 19 pour la Vienne, pour faire des classes cohérentes de 8-10 élèves, de préférence de même niveau scolaire, dans des  écoles au plus proche des hôpitaux ( 70 écoles à partir de ce mardi, objectif de réduire encore à partir de jeudi). Ainsi à Poitiers Sud,les écoles de regroupeement sont Couhé maternelle, pour le secteur du collège de Couhé ,  Rouillé maternelle, pour le secteur de collège de Lusignan, Gençay élémentaire, pour le secteur de collège de Gençay, Marçay primaire, pour le secteur de collège de Vivonne, Smarves maternelle, pour le secteur de collège de Ronsard. Pour Poiters Est, Secteur des CouronneriesPoitiers Andersen pour les écoles Andersen, Perrault et Daudet. Secteur Saint EloiPoitiers Neruda pour les écoles Neruda, Micromegas et Breuil-Mingot.Secteur BeaulieuPoitiers Bouloux-Licorne pour les écoles Bouloux-Licorne et Brassens. La gestion de la pause méridienne est effectuée par les collectivités.
  • L’administration va travailler la semaine prochaine pour organiser l’accueil des enfants dans la durée. En effet, cette situation va très certainement se poursuivre au delà des 15 premiers jours de confinement. Ainsi, l’administration projette de fixer les sites d’accueil, d’affecter les enseignant-es volontaires toujours sur les mêmes écoles afin de faciliter le travail d’équipe et faire de même avec les enfants accueillis qui resteraient alors dans la même école et avec la même équipe. Le SNUipp-FSU 86 a également demandé à l’administration que des planning hebdomadaires soient élaborés pour permettre aux collègues volontaires de s’organiser.

Le rectorat de l’Académie de Poitiers précise dans son mail de dimanche 15h45 :

–          Pour les enfants de soignants, prendre des mesures strictes, comme par exemple : les temps de récréation se passent à l’intérieur pour garantir une vigilance accrue au respect des gestes barrières sur ces temps. Les circos ont précisé depuis  “Récréation fratrie par fratrie “.

–          Les enseignants chargés de l’accueil de ces élèves, utilisent comme supports pédagogiques les cours prévus par les enseignants des classes de ces élèves. De même, les AESH sont présentes physiquement uniquement si cela est indispensable à la continuité pédagogique ; dans tous les autres cas, elles sont invitées à rester chez elles, comme tous les autres personnels.

Le ministre a précisé dans sa lettre aux recteurs-rectrices de ce dimanche 15 mars que cela passait par :

  • le nettoyage approfondi des locaux préalablement à l’ouverture des écoles et des établissements, notamment ceux mobilisés comme lieux de vote ce dimanche
  • la présence de savon en quantité suffisante pour les enfants et de gel hydroalcoolique pour les personnels – Le SNUipp-FSU 86 a fait remonter que ce n’était pas le cas ce lundi 16 mars ! Le SG de la Vienne a indiqué que les IEN étaient en contact avec les municipalités pour l’approvisionnement. SI cela n’est pas le cas, faites remonter les manques à votre IEN et mettez le SNUipp-FSU 86 en copie, nous ferons remonter aussi de notre côté. Le SNUipp-FSU 86 a demandé que l’Inspection s’en charge si les municipalités ne fournissaient pas. Le SG a indiqué aussi que les communes défaillantes pourraient être écartées de la liste des écoles accueillantes.
  • l’accueil pour des groupes de 8 à 10 élèves maximum au sein d’une même salle.

Concernant les masques ou d’autres protections, selon Olivier Dussopt rencontré en audience ce lundi 16 mars matin (lien) des stocks de masque et de protection sont commandés pour la fonction publique mais M. Dussopt reconnaît des difficultés d’approvisionnement…. C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé la circo Poitiers Est ce 16 mars : “Des masques seront -ils distribués pour les enseignants qui accueillent des enfants de personnels soignants? Cela n’est pas prévu. Il est donc recommandé d’appliquer les gestes barrières le plus rigoureusement possible.

La circo de Poitiers Est à la question ” Doit-on être au minimum deux enseignants lors de l’accueil? ” indique ce mardi 17 matin que Jusqu’à nouvel ordre, l’accueil doit être assuré par deux adultes. Ce peut être un enseignant et un agent territorial, par exemple.”

 

Qui sont les adultes ?

Concernant les enseignant-es, le ministère a évoqué l’idée dès vendredi 13 mars que cela ne concernerait que des volontaires, encore ce dimanche matin sur France Info. La circo de Poitiers Sud a fait un appel à la recherche de volontaires dès samedi 14 mars. Le secrétaire général de la Vienne nous a indiqué ce lundi soir 16 mars à 18h qu’un appel à volontaires allait partir. Il y aura un système de rotation. Cet appel à volontaires a été diffusé depuis ce mardi  17 matin et les inscriptions des volontaires se font sur ce lien : https://acpoitiers-my.sharepoint.com/:x:/g/personal/dquere_acpoitiers_onmicrosoft_com/EdclMuu5yQFCjvU-QS4ob_EBE1lDbmdYmXIfucm2kjopWg?e=PyBMiV . Plus de 500 collègues étaient volontaires à la date du jeudi 19. Le secrétaire général a indiqué qu’il n’y aura pas de réquisition par l’Inspection, si réquisition il y a, elle sera préfectorale. Selon le secrétaire général du rectorat, les collègues sont couvert-es par un ordre de mission exceptionnel sans frais qui leur permettraient de se déplacer tout en continuant à percevoir les indemnités (REP, ASH, direction …) de leur poste de titulaire. Les enseignant-es volontaires pour l’accueil des enfants de soignant-es doivent se déplacer avec l’attestation remplie ( cliquer ici). Des justificatifs individuels signés par le Dasen ont être envoyés.

Après l’annonce du Ministre de l’accueil 7 jours sur 7 des enfants de soignant-es, nous pouvions craindre une plus forte sollicitation. Pour l’administration du 86, le week-end et le mercredi après-midi ce sont les municipalités qui sont à la manœuvre avec du personnel municipal. La DASEN 86 ne demande donc pas aux enseignant-es d’être présent-es le week-end. Cependant, si certain-es collègues souhaitent être volontaires aussi sur ces temps-là, ils le peuvent, mais ce sera hors cadre éducation nationale et donc sans mission d’enseignement.

Le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire s’est inquiété mardi de la protection des enseignants qui accueillent les 28.500 enfants des personnels soignants dans les écoles et qui n’ont accès “ni aux masques ni aux gels”.

“Il est impératif que l’État veille à la sécurité sanitaire de ces enseignants volontaires, qui malgré le manque de masques, de gel voire parfois de savon continuent d’assurer leur mission de service public”, a alerté Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire auprès de l’AFP.

Selon elle, certains enseignants “ont peur car les enfants de soignants sont potentiellement porteurs du coronavirus”. “Les gestes barrières sont bien sûr appliqués mais on comprend qu’en maternelle ou début de primaire, c’est parfois difficile de ne pas rattraper un élève qui tombe par exemple et donc de le toucher”, poursuit Francette Popineau.

Elle demande “que l’État s’arrange pour fournir des masques et des gels, et s’assure qu’il y ait bien du savon partout”.

3. Situation des personnels 

 

Pour tous les personnels

Sur la situation des enseignant-es lundi, le ministère a affirmé dès lundi que la solution du télétravail (à domicile) doit être la norme. Les horaires de travail ne peuvent pas être identiques car le distanciel n’est pas le présentiel. Votre salaire sera maintenu et identique pour le mois d’avril à celui du mois de mars.

Depuis lundi soir 16 mars et les annonces du président, il faut un justificatif et une autorisation pour se déplacer. Les seul-es concerné-es sont celles et ceux qui encadrent les élèves de soignant-es.

Direction d’école :Les directeurs d’école doivent pouvoir être joints, soit par messagerie électronique, soit par téléphone, au moins durant les horaires habituels d’ouverture de l’école, fixés par le règlement intérieur, par les enseignants et autres personnels de l’école, par les autorités académiques, les services municipaux et les parents afin de répondre rapidement à toutes les questions liées à l’organisation du travail des élèves.

Les réunions au sein de l’école selon le courrier du ministre aux recteurs-trices ce 15 mars ” doivent être reportées ou réalisées par audio ou visio-conférence. Il s’agit notamment des conseils de classe, des conseils d’administration, des conseils d’école ainsi que les réunions nécessaires à l’organisation de la continuité pédagogique”.

Procédure Afflenet CM2/6ème : le calendrier est pour l’instant maintenu. L’administration incite tout le monde de travailler par mail quand c’est possible et ainsi de générer volet 1 pdf pour chaque élève et envoyer par mail aux familles. De nouvelles consignes sont à venir la semaine prochaine, donc pas d’urgence pour la suite des opérations.

Les formations institutionnelles (stage, anim péda …) sont annulées . Message de la DAFOP ce lundi 16 mars soir : ” Nous vous informons que toutes les actions de formation continue sont ajournées jusqu’à nouvel ordre, y compris les préparations concours et les formations prévues dans le cadre du Plan national de formation (PNF). Nous identifions actuellement, notamment en lien avec les corps d’inspection, les formations programmées dans le cadre du plan académique de formation (PAF) qui peuvent être maintenues, soit parce que :
– elles sont prévues en distanciel
– elles peuvent être transformées en distanciel
– elles sont créées, en distanciel, à la demande des personnels d’encadrement, pour accompagner la continuité pédagogique.
En fonction des situations, des ordres de mission (OM) pourront être adressés selon la procédure, via les établissements. Il ne sera pas nécessaire de faire suivre les OM aux stagiaires.
En effet, s’agissant de formation en distanciel, chaque stagiaire recevra sur son adresse mail académique (…@ac-poitiers.fr) un lien pour se connecter à la formation en distanciel, sur M@gistère. La délégation académique à la formation des personnels de l’éducation nationale (dafpen) et la division académique de la formation des personnels (dafop) restent à votre disposition pour toute information complémentaire.
En particulier, en cas de besoin, nous vous invitons à contacter :
– 1e degré : Solange Moreau (cheffe du bureau DAFOP1) : dafop1@ac-poitiers.fr ; 05 16 52 67 76
– 2nd degré, ATSS, personnels d’encadrement : Charline Auprêtre (cheffe du bureau DAFOP2) : dafop2@ac-poitiers.fr ; 05 16 52 64 88
– e-formation : Sylvain Guillo (administrateur M@gistère) : sylvain.guillo@ac-poitiers.fr

Les collègues qui ne peuvent pas être volontaires ou/et en ASA

ASA : autorisation spéciale d’absence, qui entraîne maintien du salaire et pas de jour de carence

Selon le ministère, les personnels ne pouvant télétravailler, les AESH par exemple, seront eux en ASA à leur domicile. Ce vendredi 13 mars en CHSCT Académie de Poitiers, suite à l’interrogation de la FSU/CGT, le secrétaire général de la rectrice de Poitiers a dit que  “leur présence n’avait pas de sens puisque les élèves qu’ils accompagnent ne sont pas présents.”. Exemple : pas d’élèves présents en ULIS pour un-e AESH co ULIS. Envoyer un mail à votre supérieur ( lycée employeur ou circonscription avec copie saviscol et votre/vos établissement-s d’exercice ) du type : “Mesdames, Messieurs, A partir de ce lundi 16 mars, les élèves qui me sont affectés ne seront pas présents dans mon établissement. Je sollicite donc une ASA, comme indiqué par le ministère, le temps de leur absence à partir de ce lundi 16 mars. Evidemment, je m’informerai et je me rendrai disponible auprès de mon établissement d’affectation si des réunions ou organisations nécessitant ma présence s’avéraient nécessaire. Cordialement – Nom prénom affectation

Pour les enseignants eux-mêmes parents d’enfant-s de moins de 16 ans, il faut privilégier le télétravail lorsqu’il est possible sinon ils bénéficieront d’une ASA. Cette autorisation est accordée à raison d’un responsable légal par fratrie sous réserve de justifier de l’absence de solution de garde. Cette autorisation sera accordée jusqu’à la réouverture de l’établissement. Si vous êtes concerné-es, envoyez un mail à votre IEN pour demander une ASA et attester sur l’honneur que vous êtes la seule solution de garde. Mettre en copie l’école.

Pour les personnels présentant des facteurs de risques, le médecin traitant ou, à titre conservatoire le médecin de prévention, peut signifier la nécessité d’un éloignement du milieu professionnel habituel, pour limiter l’exposition au Coronavirus Covid-19 en cas de risque particulier lié à une pathologie chronique.Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

  • personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée) ;
  • patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  • les malades atteints de cirrhose au stade B au moins
  • les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque ;
  • les diabétiques insulinodépendants ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie) ;
  • les insuffisants respiratoires chroniques sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les personnes avec une immunodépression :
    1. médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
    2. infection à VIH non contrôlé avec des CD4 <200/mn³
    3. consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques,
    4. atteint d’hémopathie maligne en cours de traitement,
    5. présentant un cancer métastasé.
  • Les femmes enceintes
  • Les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m² : par analogie avec la grippe A(H1N1)

Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes souffrant de maladies chroniques (hypertension, diabète), les personnes âgées (plus de 70 ans), immunodéprimées ou fragiles présentent un risque plus élevé. Dans les cas plus sévères, la maladie peut entraîner un décès. A titre conservatoire ils restent systématiquement en télétravail et bénéficieront d’une ASA au plus vite. Ils ne doivent pas être mobilisées pour la  scolarisation des enfants de personnels hospitaliers. Si vous êtes concerné-es, envoyez un mail à votre IEN pour demander une ASA en mettant en copie l’école. En parallèle, un mail au service médical pour expliquer la raison ( sam@ac-poitiers.fr ) idéalement avec justificatif de votre médecin traitant.

 

4 – Démarches administratives : temps partiel , carte scolaire, mouvement, concours …

 

Par ailleurs, l’agenda social du ministère n’est pas totalement suspendu, le CHSCT ministériel par exemple se réunira bien vendredi prochain comme prévu. Au niveau académique, le CTA sur les fermetures de postes dans le 2nd degré et EREA de ce lundi 16 vient d’être reporté au lundi 23, en téléconférence. Au niveau départemental, la CAPD sur la liste d’aptitude direction et les congés formations prévue jeudi 19 est aussi reportée, annonce de ce lundi 16 .

La carte scolaire ne va pas être reportée de beaucoup ( prévu début avril au départ) … l’ IA souhaite maintenir les délais autant que possible pour ne pas décaler les opérations de mouvement ( calendrier peu modifié). Le CTSD se tiendrait en visioconférnece … La FSU demande dans l’immédiat un moratoire sur toutes les opérations de carte scolaire et une concertation nationale avec les organisations représentatives pour envisager la rentrée sous tous ses aspects : définition de priorités et de différents scénarios cohérents entre eux pour réorganiser la continuité en tenant compte de la réalité, de ce qui est connu et de ce qui ne l’est pas ; report avec l’assurance d’un maintien des concours de recrutement à une date raisonnable pour tenir compte de la situation de l’épidémie; concertation sur les conditions d’organisation des examens ; plan d’urgence pour répondre à la fracture scolaire ; sécurisation de la situation et de la santé des personnels.  Remplissez l’enquête carte scolaire : http://snuipp86.fr/index.php/2020/01/21/carte-scolaire-2020-enquete-du-snuipp-fsu-86/

Mouvement : les réunions d’informations du rectorat ont été annulées. L’administration est en train de voir si le calendrier doit être modifié. Pour information, le mouvement dans le 2nd degré serait maintenu et commencerait ce 23 mars … Attention, la date du serveur SIAM actuellement indiquée est une date automatique à ne pas prendre en compte. Si vous avez des postes vacants à TD dans votre école pour le Mouvement, indiquez le sur notre enquête : http://snuipp86.fr/index.php/2020/03/23/mouvement-indiquez-les-postes-vacants-a-td-de-votre-ecole/

Temps partiels : le calendrier sera respecté pour les demandes , jusqu’au 31 mars, car réglementaire ( 6 mois avec l’exercice à temps partiel)

 Entretien de carrière : tous les rdv de carrière sont repoussés, ne plus tenir compte des dates. Sauf si visite de classe faite et qu’il reste l’entretien, sinon pas possible nous a indiqué l’administration …

Retrouvez toutes les données sur les démarches administratives sur ce lien : http://snuipp86.fr/index.php/2020/01/05/demarches-administratives-en-cours/

 

Les examens et les concours de recrutement sont reportés. Le ministère vient de communiquer sur le calendrier des concours. “Les concours de recrutement de l’Education nationale devraient avoir lieu, sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, entre juin et juillet.”

 

5- Continuité pédagogique : ressources, orga

Notre école vit une situation exceptionnelle à laquelle elle n’était manifestement pas préparée. La poursuite du lien avec les familles et les élèves est un enjeu pour les équipes d’écoles et, comme l’a remarqué Philippe Meirieu, on observe des trésors d’inventivité depuis la fin de la semaine dernière. Aussi, le SNUipp-FSU tient à apporter sa pierre et met à disposition cette liste non exhaustive de contenus proposés dans le cadre de la continuité éducative. Elle sera régulièrement mise à jour.lien vers la liste de ressources : https://www.snuipp.fr/actualites/posts/des-ressources-pour-l-ecole-a-la-maison

 

L’administration de Poitiers propose une formation pour les classes à distance actuellement ” Animer une classe virtuelle “. Inscription sur https://magistere.education.fr/ac-poitiers/

Le ministère n’a pas répondu à la question des modalités de transmission autres que par mail du matériel « pédagogique » propre aux équipes (envoi par courrier ? remise en  main propres aux familles dans l’école ?… ). Sur Poitiers Est, il a été indiqué le lundi 16 mars à la question ” Peut -on organiser des permanences pour distribuer des supports d’apprentissage papier?”que NON. Conformément aux annonces de M. Le Président de la République, il est demandé à chacun de limiter strictement les déplacements. En conséquent, il n’est pas souhaitable de diffuser des documents via ce biais.”

La rectrice de Poitiers dans son courrier du vendredi 20 mars sur la continuité pédagogique demande aux enseignant-es ” de maintenir un contact téléphonique hebdomadaire avec l’ensemble des élèves” et de “poursuivre la progression pédagogique “. Pour le SNUipp-FSU 86, concernant ce 2ème point, il est irréaliste, illusoire et inadmissible de faire croire et donner l’illusion que l’école peut se poursuivre à domicile. Le SNUipp-FSU a publié un communiqué en ce sens ce jeudi 19 mars ( retrouvez-le sur ce lien ).

 

6- En résumé : les consignes données par le SNUipp-FSU

Pour le SNUipp-FSU, ce qui doit guider la décision dans ces circonstances exceptionnelles doit être la protection des élèves, des personnels de l’école, des parents, ainsi que la continuité du service public d’éducation et la solidarité avec les personnels de santé dans la lutte contre l’épidémie.En cohérence avec le discours gouvernemental et face à la cacophonie de consignes locales disparates et autoritaires, le SNUipp-FSU invite les enseignants et les enseignantes des écoles ainsi que les AESH à s’organiser de la manière suivante à partir de lundi 16 mars :
  • La norme est le télétravail et de le réaliser depuis son domicile. Les consignes gouvernementales demandent expressément de rester confinés et de télé-travailler. Aucun personnel, aucune famille ne peut être sommé de déroger au confinement, sauf absolue nécessité comme les personnels qui assurent dans les écoles l’accueil des enfants de soignants et soignantes.
  • La présence physique d’enseignants et d’enseignantes dans les écoles lundi et les jours suivants repose sur l’organisation collective et le volontariat des équipes. Il ne peut s’agir des personnels en situation médicale dite fragile, devant garder leur enfant ou devant prendre des transports collectifs. Cette présence permet d’assurer une continuité du service public d’éducation en répondant notamment aux questions des familles et d’accueillir les enfants des personnels d’hôpitaux.  Pour cela il faut que les écoles disposent d’un minimum d’équipement (gel hydroalcoolique, serviettes jetables, masques…) L’administration doit assurer des conditions permettant la protection de la santé des personnels comme des élèves.
  • Les AESH ne pouvant ni travailler, ni télétravailler restent à leur domicile et bénéficieront rapidement d’une autorisation spéciale d’absence (ASA).
  • Les personnels enseignants étant dans l’obligation de garder leurs propres enfants de moins de 16 ans restent à leur domicile et se mettent autant que possible en télétravail ou en autorisation spéciale d’absence si ce dernier est impossible.
  • Les directeurs et directrices n’ont pas à fournir des attestations de déplacement dérogatoire aux familles : celui-ci n’est pas inscrit dans les motifs impérieux. De surcroît cela supposerait une rencontre qui ne correspond pas aux indications sanitaires préconisées.
  • Il est indispensable de faire confiance aux équipes : les enseignantes et les enseignants sont très engagés dans le maintien d’une activité scolaire et ont pris en compte la difficulté des élèves n’ayant pas d’outils numériques. Des modes d’organisation ont été trouvés.

À propos de la continuité dite « pédagogique »

    • Contrairement aux réponses dans la foire aux questions (FAQ) du ministère, les enfants ne sont pas élèves à la maison. Ils ont ponctuellement des activités scolaires en autonomie qui permettent de maintenir un lien avec l’école.
    • En aucun cas, il ne faut envisager d’aborder des nouveaux points du programme donc des notions nouvelles.
    • L’école a comme devoir de ne pas creuser les inégalités et de penser prioritairement à ceux et celles qui n’ont pas de matériel, pas de conditions de concentration possibles, pas de possibilité d’être aidés
    • Toutes les situations d’apprentissage à la maison doivent être valorisées : jouer ensemble, cuisiner, lire des livres, regarder des documentaires, et profiter les uns des autres

Chaque enseignant et enseignante maintient le lien avec les familles, prend des nouvelles, vérifie que le travail demandé ne crée pas de tensions, que la quantité est bien ajustée, propose des pistes d’activité… Les personnels font preuve comme toujours d’une grande responsabilité et d’une grande professionnalité, qu’on leur fasse confiance !

 Évidemment, nous continuons d’interpeller l’administration sur ce sujet. Faites nous remonter vos questions, interrogations … etc.