Etaient présent-es : M. Barthélémy (DASEN), M. Monlun (SG) , M. Artaud (IENA) , DPE5 (Mme Jouhaud, Mme Prada), 4 IEN (Poitiers Est, Poitiers Nord, Poitiers Sud, Montmorillon Sud Vienne), 4 SNUipp-FSU, 2 Unsa, 1 FO

Note d’ambiance : Une CAPD où il y a eu plusieurs “échanges vifs” entre les représentant-es du personnel et l’IA sur certains propos de ce dernier. A l’image du CTSD où l’IA avait indiqué qu’il ne saurait pas quoi en faire s’il avait 30 postes en plus (lien), le SNUipp-FSU 86 s’est insurgé contre des propos sur les temps partiels de “confort” ou ceux sur le temps libre des enseignant-es. De plus, en fin d’instance, un échange sur les droits des collègues de bénéficier de leurs congés de formation syndicale et les modalités de refus attenantes, a fait monter un peu plus les échanges

——————————

Déclaration liminaire du SNUipp-FSU 86 

Le SNUipp-FSU 86 a notamment porté dans sa déclaration liminaire (que vous retrouverez complète à la fin de ce compte-rendu) :

  • les conditions de travail qui se sont dégradées tout au long de l’année (remplacement, inclusion…), et cela continue pour ce mois de juin (retour du covid, gestion de la canicule)
  • la revalorisation insuffisante du point d’indice
  • le besoin de temps des personnels pour faire pleinement et correctement leur métier
  • les revendications du SNUipp-FSU pour réduire le temps de travail des enseignant-es
  • le retour en CAPD de toutes les opérations de mouvement, de mobilité professionnelle et de promotions
  • les remerciements pour Mme Fabienne Laîné, élue du SNUipp-FSU 86 en CAPD depuis plus de 20 ans qui part en retraite, pour tout son apport au sein de cette instance pour défendre les droits des personnels

Réponses de l’IA

L’IA est revenu sur certains points :

  • il a salué Mme Laîné et son investissement pour l’institution
  • il a reconnu les problématiques de cette fin d’année sur la gestion de la canicule ou le retour de la COVID dans les écoles
  • il a reconnu le besoin de temps des enseignant-es, et cela à tous les niveaux de l’institution, cependant il indique que le temps partiel n’est pas pour lui la solution
  • il reconnaît le manque de remplaçant-es et indique que c’est pour cela qu’il limite plusieurs demandes sur autorisation des collègues : temps partiel, disponibilité…

——————————

Recours temps partiels 2022/23

Cette CAPD fait suite aux saisines des collègues qui ont contesté leur refus de temps partiel. Depuis la nouvelle loi de transformation de la fonction publique, les enseignant-es doivent porter eux-mêmes devant l’administration des recours aux décisions individuelles les concernant en mandatant une organisation syndicale pour les représenter. C’est parce que les collègues continuent à nous faire remonter leur situation que nous pouvons les aiguiller sur ces procédures de recours et contraindre l’administration à nous apporter des informations générales pour l’ensemble de la profession.

7 collègues ont eu le courage d’aller jusqu’au bout de la procédure de recours suite à leur refus de temps partiel après entretien.

Lors de cette CAPD, l’IA a indiqué qu’il y avait eu 157 demandes de droit, les 157 ont été accordées.

Il a indiqué qu’il y a eu 142 demandes sur autorisation. Parmi ces demandes sur autorisation, 41 collègues ont effectué un entretien pour un projet de refus soit 29% des demandes. Le SNUipp-FSU 86 a accompagné tou-tes les collègues qui en ont fait la demande.

L’IA indique avoir accorder une suite favorable aux demandes  :

  • raisons médicales  : 72 demandes acceptées
  • raisons sociales : 15 demandes acceptées
  • celles et ceux qui ont eu un refus l’année précédente (sauf sur les temps partiels annualisés) 32 acceptées
  • création d’entreprise : 1 demande acceptée

Au total, 116 demandes ont été acceptées. Ce qui fait 26 refus (contre 33 l’année dernière), qui ont ensuite été réduits à 20 refus suite à des requalifications de la demande. 120 demandes de temps partiels sur autorisation au final ont été acceptées soit 84.5% des demandes.

Lors de cette CAPD, le SNUipp-FSU a porté les situations que 5 des 7 collègues nous avaient confiées.

A l’issue de l’ensemble des études des 7 dossiers :

  • 1 demande a été annulée car la collègue a fait une demande de disponibilité de droit
  • 1 situation a été revue avec un avis favorable
  •  5 situations restent avec un refus

Le SNUipp-FSU 86 s’est opposé aux propos de l’IA qui parle de temps partiel de “confort” pour les demandes sur autorisation.

Le SNUipp-FSU 86 s’est opposé aux propos de l’IA sur le temps de travail où l’IA a indiqué que les enseignant-es bénéficient de suffisamment de temps libre : les mercredis après-midi, les week-ends, les vacances scolaires. Le SNUipp-FSU a rappelé la réalité du métier enseignant.

————————–

Informations diverses

Entretien de carrière 2021/22

Les IEN doivent valider leur avis littéral avec la grille de 11 compétences pour le 7 juillet. Comme il faut 72 heures pour que cela soit accessible aux collègues, cela ne sera donc pas avant le 10 juillet.  Un message sur Iprof et sur la messagerie professionnelle informera de la mise à disposition du compte-rendu du RDV de carrière dans l’application SIAE, dans le dossier Iprof. L’enseignant-e a alors quinze jours pour apporter par écrit ses observations.

L’appréciation finale sera émise par l’IA-DASEN qui s’appuie sur l’avis de l’IEN. Elle comporte 4 niveaux :

  •      « à consolider »
  •     « satisfaisant »
  •     « très satisfaisant »
  •     « excellent »

Elle doit être notifiée entre le 1er et le 15 septembre. Si, en raison d’une situation particulière, l’enseignant-e a bénéficié d’un rendez-vous de carrière après la période initiale prévue , l’appréciation finale sera notifiée au plus tard le 15 octobre.

 

Mouvement : nominations d’office

La suite des nominations sera connue ce vendredi 1er juillet sur iprof L’ensemble des personnels devrait avoir une nomination, désirée ou non…

Le SNUipp-FSU 86 vous accompagne dans ces nouvelles nominations :

  • pour vous aider à comprendre votre affectation et notamment la constitution des postes
  • pour vous mettre en contact avec les écoles et les équipes concernées
  • pour vous aider à demander une révision d’affectation si nécessaire

 

Contactez-nous au 05 49 01 36 71 ou snu86@snuipp.fr

 

Appels à candidatures 

Certains appels sont toujours en cours … et ont été relancés plusieurs fois, sans doute faute de candidat-es :

  • Directeur-trice adjoint-e de la SEGPA du collège France Bloch Sérazin de Poitiers, appel jusqu’au 30 juin 
  • Enseignant-e référent-e de la scolarisation des élèves handicapés (ERSEH) Secteur de Lencloître Nord Vienne, appel jusqu’au lundi 4 juillet à 12h
  • Conseiller-ère pédagogique de Circonscription Montmorillon Maths/Sciences/Numérique  appel jusqu’au lundi 4 juillet à 12h
  • Conseiller-ère pédagogique de Circonscription Montmorillon EPS  appel jusqu’au lundi 4 juillet à 12h
  • Conseiller-ère pédagogique de Circonscription Lencloître EPS  appel jusqu’au lundi 4 juillet à 12h
  • Nouveau – Direction Civray primaire (pôle éducatif S. Veil) jusqu’à lundi 4 juillet 12h – Commission d’entretien: lundi 4 juillet à 18h30
  • Nouveau -Conseiller-ère pédagogique départemental auprès de l’Adjoint au DASEN jusqu’à lundi 4 juillet 12h. Commission d’entretien : jeudi 7 juillet 2022

Retrouvez les appels en cours sur le lien suivant :

http://snuipp86.fr/index.php/2022/06/28/mouvement-2022-les-appels-a-candidatures-en-cours/

Il manque toujours la parution de l’appel pour un poste de brigade d’appui aux équipes.

 

CAPPEI 

Résultats CAPPEI 2022

Félicitations à nos collègues qui viennent d’obtenir le CAPPEI !!! A noter, c’est la 1ère année que certain-es le valident par VAEP. Retrouvez les résultats sur ce lien :

https://www.ac-poitiers.fr/certificat-d-aptitude-professionnelle-aux-pratiques-de-l-education-inclusive-122024

Départs en formation CAPPEI 2022/23

6 départs en formation:

  • 2 ULIS
  • 1 UE
  • 1 Rased G
  • 2 Rased E

 

Postes PES 2022/23

Les PES 2022/23 connaîtront leurs affectations ce jeudi 30 juin. Ils et elles sont invité-es à aller visiter leur école de stage la semaine prochaine du mardi au jeudi.

Les écoles de rattachement des PES seront pour 37 d’entre eux à 100% sur la classe en responsabilité, 15 seront à mi-temps avec 50% en formation sur l’INSPE.

  • ASLONNES
  • AVAILLES EN CHATELLERAULT
  • AVAILLES LIMOUZINE
  • AVANTON élém
  • BIGNOUX
  • BLANZAY
  • BUXEROLLES Veil élém
  • CHASSENEUIL DU POITOU mat et élém
  • CHÂTELLERAULT Painlevé
  • FONTAINE LE COMTE élém
  • ITEUIL élém
  • LA TRIMOUILLE
  • LENCLOITRE mat
  • LOUDUN Prévert
  • LUSSAC LES CHÂTEAUX élém
  • MONTS SUR GUESNES
  • NAINTRE Anne Frank mat
  • NIEUIL L ESPOIR
  • NOUAILLE MAUPERTUIS mat et élém
  • POITIERS Coligny-Cornet, Galois mat, Montmidi élém, La grange St Pierre élém, Les minimes, Paul Bert élém, Perochon élém
  • SAINT-MARTIN-LA-PALLU Vendeuvre élém (2 postes)
  • SAVIGNY LEVESCAULT
  • SEVRES ANXAUMONT élém
  • ST BENOIT Ermitage mat et Irma Jouenne élém
  • ST GEORGES BAILLARGEAUX élém
  • ST JULIEN L ARS
  • ST SAUVANT
  • VALENCE-EN-POITOU Couhé élém
  • VIVONNE mat et élém
  • VOUILLE mat et élém
  • VOULON
  • VOUNEUIL SUR VIENNE mat

L’IENA a indiqué que dans cette liste un changement aurait lieu pour éviter une organisation pédagogique pas adaptée à l’accueil d’un-e PES.

Infos administratives

Congés formation

Le SG indique qu’1 seule demande a été refusée pour l’année 2022/23

Disponibilités 2022/23

Le SG indique que sur les 51 demandes, 8 ont été refusées (demandes sur convenances personnelles).

Démissions/Ruptures conventionnelles

Le SG indique 8 situations : 2 démissions et 6 ruptures conventionnelles.

 

Questions diverses du SNUipp-FSU

  • Affectation des STAR : liste des berceaux et date d’affectation ?

Les STAR sont les des étudiant-es en 2ème année Master MEEF 1er degré qui effectuent ⅓ de responsabilité classe, soit 8h hebdomadaire en moyenne. Le rectorat avait envisagé pour la Vienne pour l’année 2022/23, 45 STAR, cependant il n’y a eu 28 candidat-es dont seulement 21 retenu-es.

Ces 21 STAR devraient être en responsabilité classe sur des décharges de direction à ¼ une journée par semaine (lundi ou vendredi en fonction des groupes) avec des jours supplémentaires pour atteindre le 1/3 temps (différent en fonction des semaines à 4j et 4,5j).

L’IENA a indiqué qu’actuellement 20 STAR étaient déjà affecté-es et la dernière affectation est en cours.

 

  • Poste adapté et perte de poste : quelle est la procédure ?

Un collègue a signalé au SNUipp-FSU 86 que son courrier d’ obtention d’un poste adapté indique également qu’à l’issue de son affectation sur PACD il peut revenir en tant que PE en effectuant le mouvement, sous entendant qu’il perd donc son poste dont il est titulaire pendant la période de PACD comme c’est le cas en PALD.

Le SG confirme que c’est le courrier qui a été envoyé aux collègues en PACD depuis 2 ans, en application de la circulaire nationale du 9 mai 2007 car cela bloque le poste parfois plusieurs années alors que presque aucun collègue ne revient sur leur poste.

Le SNUipp-FSU 86 a indiqué que cette perte de poste n’est indiquée nulle part sur les textes de l’académie, ni dans la circulaire mouvement sur la liste des participant-es obligatoires (lien), ni sur la circulaire pour les dispositifs d’accompagnement pour les personnels confrontés à des problèmes de santé (lien). Au contraire, sur la note de service du rectorat de Poitiers, s’il est bien précisé que pour les collègues en PALD ils/elles “ne restent pas titulaires de leur poste”, cela n’est pas indiqué pour les collègues en PACD ou au contraire, il est indiqué que “le maintien ou la perte du poste, dont ils étaient titulaires avant l’entrée dans le dispositif, sont examinés en fonction de la situation médicale de l’intéressé”.

Le SG a indiqué qu’un accompagnement était mis en place pour les personnels en poste adapté qui revenait en classe.

  • Mouvement et vœux MOB : quel bilan ?

Le voeu MOB est un vœu à Mobilité Obligatoire, c’est à dire que l’administration demande aux collègues qui ne sont pas titulaires d’un poste, d’effectuer ce type de vœu qui permet de postuler sur un nombre conséquent de postes, désirés ou non, sur une zone géographique. Ainsi le voeu MOB “Enseignant Poitiers” fait postuler sur tous les voeux d’adjoint-e maternelle, élémentaire et de décharge de direction de la ville de Poitiers.

31 collègues ont eu un vœu MOB sur 213 collègues qui en avaient  effectué 1, dont 21 participant-es obligatoires.

L’administration indique qu’il y a eu deux recours contre une nomination sur ce type de voeu, ce que l’administration a refusé. Le SNUipp-FSU 86 a défendu une des 2 situations pour que le collègue conserve sa priorité d’affectation au lieu de sa nomination forcée, et déploré que les procédures administratives l’emportent sur l’avis des IEN.

Le SNUipp-FSU continue à s’opposer au voeu groupe MOB obligatoire.

 

INEAT/EXEAT : où en est-on de la procédure ?

ineat exeat

Le SG a indiqué :

  • 16 demandes d’EXEAT, 15 avis favorables et  2 avis défavorables (pour convenances personnelles) + 1 en cours d’étude. 4 collègues ont obtenu leur mutation.
  • 29 avis d’INEAT tous acceptés par le département 86, mais seulement 1 a pu être réalisé. Cependant les demandes d’EXEAT des autres départements ne sont pas automatiques, donc les situations sont en attente à ce jour.

 

Avancement : combien de promotions 2022 à la Hors classe, à la classe exception et à l’échelon spécial de la classe exceptionnelle ?

Hors classe

Il y aura 492 promotions à la Hors Classe pour l’académie de Poitiers pour les PE et 9 pour les PSY EN https://www.education.gouv.fr/media/114932/download). L’année dernière le volume de promotions était plus important avec 524 pour les PE et 10 pour les PSY EN. Comme le ratio pour les PE et les Psy EN est de 18% comme l’année dernière, cette baisse est due à la baisse du nombre de promouvables.

Pour les PE, les résultats sont annoncés sur l’intranet pour ce vendredi 1er  juillet 2022. (après 3 changement de dates années)

Retrouvez notre article pour comprendre comment fonctionne le passage à la hors classe sur ce lien : http://snuipp86.fr/index.php/2022/03/15/hors-classe-2022-le-snuipp-fsu-86-vous-explique/

Classe exceptionnelle

Le contingent n’est pas encore connu. Le SG indique que l’année précédente celui-ci avait été connu en juillet.

Retrouvez notre article pour comprendre comment fonctionne le passage à la classe exceptionnelle sur ce lien :http://snuipp86.fr/index.php/2022/04/15/classe-exceptionnelle-modifications-des-regles/

 

Echelon spécial de la classe exceptionnelle

Le contingent n’est pas encore connu. Le SNUipp-FSU 86 s’est étonné de cette réponse car un collègue vient d’annuler son départ en retraite suite à l’appel de l’administration pour un passage à la rentrée 2022 à l’échelon spécial de la classe exceptionnelle. Mme Jouhaud a indiqué qu’effectivement, l’’administrativement avait indiqué au collègue concerné qu’il était promouvable à l’échelon spécial, donc potentiellement qu’il pouvait être promu. Mme Jouhaud a rappelé que l’année dernière, il y avait eu plus de promotions possibles que de promouvables, donc tout le monde avait été promu.

 

Formation :

– Quelle organisation de remplacement pour les PES à temps plein ? 

inspeComme annoncé dans le groupe de travail académique du 16 juin (lien vers le compte rendu), les lauréat-es du CRPE 2022 ayant validé un M2 MEEF ou ayant au moins d’1 an ½ d’expérience, seront à temps plein en responsabilité classe. Comme formation, ils auront seulement 15 jours sur l’année qui seront organisés en 3 semaines : 1 semaine début octobre /1 semaine fin janvier/1semaine avril. Les groupes de PES seront coupés en 2 pour faire 2 groupes et répartir ainsi les formations sur 2 semaines consécutives.

Comme il est annoncé plus de 37 PES à temps plein à la rentrée prochaine, cela fera donc 18 remplaçant-es à trouver pendant 6 semaines ! Avec l’expérience de ces dernières années, ce n’est pas quelque chose qui semble réalisable. Au contraire, pendant les mois de janvier ou d’avril, le département est déjà négatif en nombre de personnels par rapport aux postes à couvrir !

Il a été déjà indiqué par M. Vial, SG d’Académie, que le remplacement des PES sera la priorité et que donc si nécessaire, des choix de non remplacement se feront ailleurs…

Le SNUipp-FSU est en opposition avec cette réforme de l’entrée dans le métier qui met en responsabilité classe quasi totale les lauréat-es du CRPE et dont la mise en oeuvre semble tout aussi incohérente.

Le SNUipp-FSU continue de revendiquer un concours sous condition de licence, placé en fin de L3, suivi d’une formation initiale rémunérée de deux ans validée par un master, sous statut de fonctionnaire stagiaire, pour une entrée progressive dans le métier pour donner du sens à l’apprentissage de la professionnalité enseignante et permettre la construction de gestes professionnels assurés

 

– Quelle organisation de remplacement pour les titulaires engagé-es dans les plans maths, français ou TNE ?

La même que ces deux dernières années. Pas de moyens supplémentaires avec des remplacements dédiés à la formation, les remplacements seront pris sur les moyens de remplacement des circonscriptions.

Le SNUipp-FSU a porté son inquiétude sur la mise en place réelle des formations institutionnelles obligatoires pour les collègues (direction, PES, CAFIPEMF, CAPPEI, temps d’observation partagés entre collègues dans les plans maths ou français…), qui ont du parfois être reportées dans les années précédentes. Le SNUipp-FSU a estimé qu’il faudrait plus de 30 postes pour couvrir ses besoins et ne pas pénaliser les autres besoins de remplacement des circonscriptions.

M. Artaud annonce que le Conseil de Formation ne se tiendra pas comme prévu en fin d’année mais à la rentrée, étant donné la nouvelle prise de fonction du directeur de l’INSPE. Le SNUipp-FSU regrette la date tardive de ce conseil qui permet d’annoncer aux collègues les différentes formations et animations pédagogiques pour l’année 2022/23. L’IENA indique que la saisie des 18h se ferait fin août/début septembre, mais que la nouvelle maquette de formation sera plus lisible car elle tiendra compte de nos différentes remontées de l’année.

Déclaration liminaire complète du SNUipp-FSU 86

M. l’Inspecteur d’Académie

Mesdames et messieurs les membres de la CAPD,

L’année se termine enfin, et dans les écoles, chaque demi-journée se compte d’ici la période estivale. Vous nous avez entendu tout au long de l’année M. l’Inspecteur d’Académie soulever les problématiques des conditions de travail dégradées, avec par exemple les pénuries de remplacement et les situations où l’inclusion scolaire est un échec,  et ce mois de juin n’en a pas été autrement. La gestion de l’épisode de canicule et le retour du COVID dans les classes ont mis un dernier coup de bâton sur de nombreuses équipes. L’annonce du gouvernement d’hier sur le point d’indice, d’une revalorisation annoncée de 3,5% est totalement insuffisante et sonne comme une forme de mépris pour les agent·es. dans un contexte d’inflation qui dépassera les 5% en 2022, et après des années de gel. Le gouvernement précédent avait créé une rupture totale avec une grande partie des personnels des écoles, malheureusement ce nouveau quinquennat semble partir sur les mêmes bases. Les premières annonces de notre ministre M. Pap N’Diaye sur les “fondamentaux”, c’est-à-dire les maths et le français, à renforcer encore, et particulièrement en maternelle, nous inquiètent. Alors que l’école française est déjà la championne européenne des fondamentaux à l’école primaire elle est toujours autant la championne des inégalités scolaires, et cela nous interpelle sur la connaissance que ce nouveau ministre a  des besoins des écoles.

Aujourd’hui, à travers les situations de recours en CAPD que nous aborderons, une notion très importante va se dégager et qui est essentielle pour le bon fonctionnement de nos écoles, le besoin de temps !!! Ce temps qui nous sert à préparer la classe et à corriger, ce temps qui nous sert à répondre aux démarches administratives, ce temps qui nous sert à récupérer pour ne pas exploser face à des élèves qui nous demandent beaucoup d’attention, ce temps que l’on cherche pour répondre aux sollicitations familiales sans être happé totalement par nos sollicitations professionnelles, ce temps que nous devrions avoir pour travailler en équipe, ce temps que nous devrions consacrer pour nous former et continuer de développer notre professionnalité, ce temps donc pour faire pleinement et correctement notre métier ! Et au SNUipp-FSU, nous le disons, notre temps de travail hebdomadaire n’est pas adapté aux réalités et aux obligations de notre métier ! C’est un constat logique quand on regarde le temps de travail des enseignant-es du 1er degré en dehors de notre pays, selon l’OCDE (Regards sur l’éducation 2017), on compte 794 heures d’enseignement dans le premier degré en moyenne dans l’OCDE mais 900 en France. Les enseignant-es français du premier degré travaillent nettement plus que la norme européenne. Et cela pèse d’autant plus que le nombre de semaines de cours est le plus faible en France et que les effectifs font également partie des plus élevés de l’OCDE. Dans ces conditions, il est mathématique, pas besoin de plan, que les collègues explosent et il y a urgence à remettre à plat nos horaires. Il est essentiel de donner aux PE les moyens et le temps de construire et de faire fonctionner les collectifs de travail, leviers du développement de leur pouvoir d’agir, et cela ne pourra se faire qu’en déconnectant le temps enseignant du temps élève. Ainsi, le SNUipp-FSU revendique un temps de service de 18h devant les élèves et 3h consacrées au travail de concertation et de construction collective, couplé à la mise en place de dispositifs « Plus de maîtres que de classes » dans toutes les écoles.

Enfin, si cette CAPD est la dernière de l’année, même si elle n’en est que la seconde, c’est aussi la dernière CAPD d’une membre importante de cette instance depuis plus de 20 ans, Mme Fabienne Laîné. Mme Laîné a consacré des heures, des jours, à la réussite de cette instance. Animée de la volonté de l’amélioration des conditions de travail des collègues de la Vienne et à travers elles et eux, du bon fonctionnement de notre système éducatif, elle a veillé au respect des droits de chacun et chacune, dans un esprit de transparence et d’équité. Le nombre d’erreurs qui ont été corrigées par Mme Laîné dans cette instance ou de solutions qui ont été trouvées, que cela soit sur les opérations de mobilité dans les vérifications des barèmes ou dans les longues après-midis de chaînes de mouvement que les plus anciens et anciennes ont vécu dans cette instance, ou dans d’autres opérations administratives comme les congés formation, les demandes de dispositif santé ou de temps partiel par exemple, ne sont pas calculables. Tout cela, bien sûr,  était fait dans le respect des personnels administratifs car nous étions dans un cadre qui était le paritarisme, et que ce gouvernement a détruit en 2019 avec la loi de transformation de la Fonction publique. Aujourd’hui en CAPD, seuls des recours individuels sont étudiés, au détriment des questions collectives qui permettent la défense de l’ensemble de la profession. Les sujets aussi importants que les nominations d’offices qui auront lieu le 1er juillet, se traitent maintenant sans les représentant-es de la profession sans leur regard du terrain ainsi que leurs connaissances des personnels sans assurance d’une égalité de traitement. Ce fonctionnement n’est pas le meilleur pour les personnels et donc pour notre service public d’éducation,  et ne peut que génèrer des doutes sur la pertinence des choix opérés par l’administration, très vite suspectée de favoritisme et de clientélisme. Le SNUipp-FSU demande l’abrogation de cette loi de la transformation publique pour mettre en place une gestion des carrières transparente, juste et équitable. C’est aussi ce que demande 96% de la profession lors de notre consultation nationale de cet hiver avec le retour en CAPD des sujets de promotions et de mobilités.

Alors en attendant de pouvoir former de nouveaux Capdistes pour porter auprès de l’administration la parole de nos collègues et retrouver un jour un fonctionnement plus transparent et plus à l’écoute des besoins des enseignant-es et des élèves, nous remercions encore Mme Laîné qui avec rigueur et générosité nous a tant appris dans cette instance et lui souhaitons une bonne retraite

 

Les représentant-es du SNUipp-FSU 86 : 

Valérie Audoux, Pauline Ballu, Fabienne Laîné, Matthieu Menaut